Transport maritime et aérien

<< Sommaire

   

Il est relativement simple à comprendre en théorie … mais peut être épineux sur le terrain (la transparence n'est pas toujours de mise, certains transporteurs peuvent être +/- scrupuleux, chaque pays a ses particularités …).

LE TRANSPORT AERIEN

Vous devez passer par un shipping agent, un agent de transport aérien ou transitaire, qui s'occupera de tout pour vous, y compris des formalités douanières.
En cas de doute, un vrai transitaire doit pouvoir vous présenter ses véritables accréditations/ licences pour effectuer du transport aérien et des formalités douanières.
A vous de trouver le plus adapté à vos besoins, comparez les prix, les expériences, etc …

Excellentes infos sur http://www.horizonsunlimited.com/tripplan/transport/index.php

Il est quasi obligatoire de mettre la moto dans une caisse en bois en général. Ne pas lésiner sur le prix de la caisse : elle conditionne la sécurité de la moto. De plus, vous mettrez sûrement des effets personnels à l'intérieur.
Vous pouvez rédiger une packing list (liste des biens contenus dans la caisse) et/ou votre agent vous la demandera. En cas de problèmes (perte, vol, dégradation), cela peut être utile. Une assurance peut être incluse dans le prix total et/ou vous pouvez souscrire à une assurance complémentaire.

Le billet d'avion de la moto est appelé "airway bill". Votre agent doit vous le remettre (c'est votre preuve que le transport sera réalisé).
Mais cette réservation d'espace dans l'avion avec telle ou telle compagnie aérienne ne vous garantit pas que votre caisse partira à la date et au numéro de vol prévus avec votre agent (de mémoire, ces informations doivent être indiquées sur
" l'airway bill") : tout dépend de la place dans les avions, des connections de votre agent etc ... L'agent vous donnera donc une date et un numéro de vol contractuels prévisionnels mais votre transport peut être retardé. Les conventions internationales de transport aérien prévoient qu'au-delà de 3 ou 6 mois à partir de la date agréée, il peut y avoir recours auprès de votre agent et/ou de la compagnie aérienne.

FRAIS AU DEPART
Le prix final est essentiellement une question de poids … qui dépend du volume de la caisse : le poids total retenu pour la facturation sera le chiffre le plus élevé entre le poids réel (de la caisse sur la balance) et le poids volumétrique de la caisse.

Le poids volumétrique est calculé comme suit :
Le produit des dimensions de la caisse (hauteur x largeur x longueur)
divisé par 6000 si l'unité de mesure est le centimètre
divisé par 366 si l'unité de mesure est l'inch
(1 inch = 2,54 cm).

D'où l'intérêt d'optimiser l'espace en faisant votre caisse.
1 inch de différence en longueur, largeur ou hauteur peut coûter cher en fonction de la destination : calculez vous-même au moment venu.

Ex : mon expérience à Kathmandu :
poids sur la balance : 325 Kg
poids volumétrique : 87 cm large x 112 cm haut x 204 cm long, divisé par 6000 = 331 Kg

Le chiffre de 331 Kg (le plus élevé des deux) a donc été retenu comme poids total.

NB : en général, les différences entre poids réel et poids volumétrique sont plus importantes.

Calcul du prix total :
poids total retenu multiplié par un certain prix au kg : le prix au kg dépend de la destination (plus c'est loin, plus c'est cher).
+ diverses taxes qui doivent être mineures par rapport au prix final, sinon demander des explications à votre agent.

Je n'ai plus d'exemplaire de devis bien fait à mettre en ligne.

L'agent peut vous donner un devis détaillé, ligne par ligne, sinon le demander. Enfin, tout dépend de sa tactique commerciale : il peut vous proposer un prix global, sans vous dévoiler les détails.

FRAIS A L'ARRIVEE
A l'aéroport d'arrivée, les frais ne doivent pas être trop importants. Pas ou peu de taxes d' "handling", c'est-à-dire des coûts liés aux frais de manutention (c'est compris dans le prix total). En général, 3-5 jours de stockage sont gratuits, ensuite c'est payant (se renseigner en fonction du pays, de l'aéroport). Vous devrez aussi payer les taxes de douanes qui sont assez aléatoires d'un pays à l'autre : elles doivent rester faibles sinon méfiance (se renseigner en fonction du pays).

Si vous n'arrivez pas à sortir vous-même la moto des douanes, faites appel à un agent (qui vous facturera bien sûr ses services). Il a l'expérience et les connections nécessaires.

Lorsque vous sortez d'un pays, n'oubliez pas d'obtenir un document douanier de sortie du territoire ou faites tamponner votre carnet de passage en douanes si le pays en question le reconnaît. Sinon, vous risquez des problèmes de caution, de garantie bancaire etc …
Lorsque vous rentrez dans un nouveau pays, idem mais avec le documents douanier de rentrée du territoire.

Backshish : dans certains pays, c'est la règle, la culture, à vous de voir en fonction du feeling … vous risquez d'y être confronté.

Précaution de base : sauf backshish bien évidemment, exigez une facture pour toute somme versée.


LE TRANSPORT MARITIME

Vous devez passer par un shipping agent, un agent de transport maritime ou transitaire, qui s'occupera de tout pour vous, y compris des formalités douanières.
En cas de doute, un vrai transitaire doit pouvoir vous présenter ses véritables accréditations/ licences pour effectuer du transport maritime et des formalités douanières.
A vous de trouver le plus adapté à vos besoins, comparez les prix, les expériences etc …

Excellentes infos sur http://www.horizonsunlimited.com/tripplan/transport/index.php

Il est quasi obligatoire de mettre la moto dans une caisse en bois en général. Ne pas lésiner sur le prix de la caisse : elle conditionne la sécurité de la moto. De plus, vous mettrez sûrement des effets personnels à l'intérieur.
Vous pouvez rédiger une packing list (liste des biens contenus dans la caisse) et/ou votre agent vous la demandera. En cas de problèmes (perte, vol, dégradation), cela peut être utile. Une assurance peut être incluse dans le prix total et/ou vous pouvez souscrire à une assurance complémentaire.

Le billet de bateau de la moto est appelé "Bill of Lading". Votre agent doit vous le remettre (c' est votre preuve que le transport sera réalisé).
Mais cette réservation d'espace dans le bateau avec telle ou telle compagnie maritime ne vous garantit pas que votre caisse partira à la date et au numéro de bateau prévus avec votre agent (ces informations doivent être indiquées sur le "Bill of Lading") : tout dépend de la place dans les bateaux, des connections de votre agent etc ... L'agent vous donnera donc une date de départ contractuelle prévisionnelle et une date d'arrivée contractuelle prévisionnelle mais votre transport peut être retardé. Les conventions internationales de transport maritime prévoient qu'au-delà de 3 ou 6 mois à partir de la date agréée, il peut y avoir recours auprès de votre agent et /ou de la compagnie maritime.

FRAIS AU DEPART
Le prix final est essentiellement une question de volume : taille de l'emballage en mètres cubes.
D'où l'intérêt de vraiment optimiser l'espace encore plus qu'en transport aérien, (sans trop se soucier du poids).
1 inch de différence en longeur, largeur ou hauteur peut coûter cher en fonction de la destination : calculez vous-même au moment venu.

Ex : mon expérience à Bangkok :
Poids volumétrique : 87 cm large x 112 cm haut x 204 cm long = 1,98 m3.

Prix total :
Volume total retenu multiplié par un certain prix au m3 : le prix au m3 dépend de la destination.
+ diverses taxes qui doivent être mineures, sinon demander des explications à votre agent.

Je n'ai plus d'exemplaire de devis bien fait à mettre en ligne.

L'agent peut vous donner un devis détaillé, ligne par ligne, sinon le demander. Enfin, tout dépend de sa tactique commerciale : il peut vous proposer un prix global, sans vous dévoiler les détails.

FRAIS A L'ARRIVEE
Les frais à l'arrivée sont le point sensible du transport maritime : cela peut être très cher pour une caisse de 2-3 m3 (plusieurs centaines d'euros en fonction des pays).

Votre caisse va voyager dans un container avec d'autres marchandises, qui auront été traitées par une multitude d'agents, à différents points du chemin emprunté.

Demandez à votre transitaire de vous confirmer le "Coloader" utilisé ( à savoir la société qui va louer le container).

Par exemple : un bateau Bangkok - Le Havre va s'arrêter à Singapour : certaines marchandises vont être enlevées du container car elles prennent une autre destination que Le Havre, certaines marchandises vont être rajoutées à Singapour car elles vont au Havre.
Arrivé au Havre, le container va être déchargé du bateau et vidé (frais de manutention), les marchandises contenues dans le container vont être stockées (frais de stockage) : l'agent de transport maritime au Havre chargé de superviser les opérations (qui est en relation commerciale avec le coloader) va donc devoir dispatcher ses frais entre les différents clients du container, ce que l'on appelle le dépotage.

Attention aux agents peu scrupuleux qui pourraient vous surfacturer le dépotage : risque majeur, par exemple au Havre, le dépotage (frais de débarquement + rechargement + stockage + dossiers) d'une caisse peut se chiffrer à 200-400 euros.

Donc, ne pas oublier de demander à votre agent maritime dans le pays de départ de vous confirmer les frais à l'arrivée. Sinon, se renseigner comme vous le pouvez : c'est essentiel, sinon, vous risquez d'être surpris à l'arrivée.

Backshish : dans certains pays, c'est la règle, la culture, à vous de voir en fonction du feeling … vous risquez d'y être confronté.

Précaution de base : sauf backshish bien évidemment, exigez une facture pour toute somme versée.


J'étais novice dans le domaine du transport, avant de commencer le voyage. Avec l'expérience, on comprend un peu mieux. Soyez prudent, prenez votre temps, renseignez-vous bien (tout s'est à peu près bien passé pour moi, mais d'autres motards ont vraiment eu de mauvaises surprises, que ce soit en Occident ou ailleurs). Le transport international est vraiment très spécifique : il existe des règles internationals que j'ai essayé d'expliquer ci-dessus mais chaque pays a ses particularités.


Optimiser l'espace avec une moto, c'est par exemple : enlever la roue avant, le garde-boue avant, le saute-vent, tourner le guidon … en faisant de la sorte, j'ai toujours pu obtenir les dimensions mini et mes effets personnels sont toujours rentrés dans la caisse faite aux dimensions de la moto.

Merci à Madame Thavisouk de la Société Clasquin Thaïlande, à Monsieur Leterc de la Société Léon Vincent au Havre et à Monsieur Kervizic de la Société SDV Thaïlande pour leurs précieux conseils et leur aide pour rédiger ce document.

<< Sommaire    


[ Accueil | Présentation du voyage | Sur la route | Plus de photos | Liens | Mail ]